dimanche 13 avril 2014

Un voyage étoilé, contrasté, enseignant...

Bonjour,

De retour au pays du fromage odorant, les couleurs et les concerts de Klaxons des touktouk de l'Inde raisonnent encore dans tous mes sens..! 


Nos vélos aux conforts tappe fesses-)

Touktouk qui connaissent la voie du coeur-)
Lever du soleil à 5h30 sur le Gange
Plaine de blé

Au bord du Gange

Vie du Gange

Que d'étoiles rencontrées au cours de ce voyage ! Les écoles et les adolescents de FairMail (initiative dont je suis fan...!) ont été une vrai source d'inspiration et de ressourcement pour des modèle d'éducation centré sur l'humain, qui "fonctionnent". 


Ecole Steiner à Chennai : le soin de la nature est intégré dans le quotidien des enfants

FairMail : entreprise de commerce équitable qui forme les adolescents en situation de pauvreté à la photographie pour financer leur projet d'éducation tout en leur apportant un support pour leur développement personnel
 http://www.fairmail.info/
FairMail : jouer, apprendre, construire un esprit d'équipe, stimuler son courage pour aller de l'avant
école krishnamurti à Varanasi 
video
Chants d'accueil de chaque matin à l'école krishnamurti

Et bien sur, tout ceci s'étend bien au delà du périmètre des "écoliers". Se centrer dans sa vie sur "être" dans toutes circonstances, activités, etc. est une richesse merveilleuse. Plus besoin de souhaiter d'être heureux,de réussir, d'arriver à... La vie nous y conduit naturellement par cette voie du coeur. C'est une des sources profondes d'enseignement que je retiens de ces 4 semaines hétéroclites... ! Reste maintenant à retrouver le chemin...-). 

Et justement, en parlant de chemin, voici ce qu'il nous a été amené de sélectionner au hazard comme petit message de départ dans un café Ayurvédique de Varanasi 


Pour Fabien : aller de l'avant, avancer
Pour Claire : nouveau commencement
Ca promet pour la suite...!

Claire

mercredi 9 avril 2014

Comment grandir au sein d'un avre de paix et sérénité ? Ecole krishnamurti de Varanasi…!

Bonjour,

Nous voici à quelques heures de notre départ pour 12h de train en direction de Délhi. Juste le temps de partager la trés belle energie recue au cours de ces 3 derniers jours au sein de l'école krishnamurti de Varanasi. Située en dehors de la ville en pleine nature sauvage, le contraste avec les concerts de Klaxons quotidien à été plus que apprécié… !

Krishnamurti est un philosophe indien qui a promu le développement d'une éducation alternative :   "Une transformation de l'humain ne peut se faire qu'en se libérant de toute autorité" et en se libérant de tout conditionnement. Il existe 5 écoles Krishnamurti en Inde, une en Angleterre, une aux Etats Unis. Des espaces où autant les enfants, étudiants et enseignants apprenent d'eux même, au quotidien en parallèle des fondamentaux de connaissances (anglais, mathématique etc. La danse, l'art, la musique, le sport, l'apprentissage des éléments utiles dans sa vie (plomberie, couture, électricité, jardinage) sont privilégiés et participent à 40-50% des journées des enfants. 

Quelques photos d'un havre de paix en pleine nature…!

https://picasaweb.google.com/lh/webUpload?uname=108396078579433951569

Pour meilleur partage de mes impressions au sein de l'école, le témoignage des enseignant et enfants

Sangeeta, enseignante d'anglais des classes 1, 2 et 4 (age 7, 8 et 10 ans) : 

"J'ai appris dans cette école à retrouver mon ame d'enfant au quotidien. Chaque jour, chaque sujet enseigné, chaque nouveau mot appris aux enfants etc. est pour moi une nouvelle découverte. Je pars de ce qui emerge du moment present et non de ce que je prevois ou sais. Et c'est dans ce processus que nous apprenons pleinement ensemble. Les enfants sont incroyables pour leur capacité d'ouverture qui les amenent à aimer apprendre grace à leur regard neuf sur toute chose.

Un éleve de 12 ème classe (18 ans)

Je suis arrivé dans cette école à l'age de 14 ans. Avant, mon ancienne école était une prison ! Ici, je me sens libre, je n'ai pas peur, il n'y a aucune compétition entre nous. Je choisi les cours que je veux suivre. Il y a bien sur un cadre et des regles à suivre comme arriver à l'heure le matin etc. Par contre, si je suis en retard, personne ne va me gronder où me se mettre en colère. On va plutot m'expliquer la conséquence de mes actes comme une 20 aine de personnes qui m'attendent etc. Je suis responsable et mon comportement change. Ici, les profs sont comme des amis. Si j'ai besoin, ils sont presents pour m'aider dans mes questionnements, interrogations. Je me sens soutenu et libre. 

Une éleve de 12 ème classe (18 ans)

"Je suis dans cette école depuis 2 ans. J'aime pouvoir choisir mes cours. Je suis trés autonome et si je demande, mes professeur sont toujours à mon écoute. Nous avons une vraie relation de personne à personne. Je me sens libre, heureuse". 

Et tous ces enfants, adolescents entrent ensuite à l'université, poursuivent leur études, deviennent des réalisateurs dans les médias, des responsables de service, des artistes, etc. Les choix de vie sont trés diversifiés. La difference ? Leur confiance en eux même et  leur conscience en toute chose. 

Un vrai bonheur de découvrir que l'être est privilégié au "faire" et "doit devenir". Le sourire des enfants, enseignants est une belle preuve d'une utopie concrète-). 

Et une citation de Krishnamurti qui raisonne tout particulièrement...
Si l'on perd le contact avec la nature, on perd le contact avec l'humanité

Je vais le garder en tête-).

Claire




vendredi 4 avril 2014

Varanasi

Bonjour,

Aprés un courte halte à Chennai pour rencontrer une école Waldorf Steiner, nous voici arrivés à Varanasi depuis plus d'une semaine. 37 hde train depuis Chennai dont la rentabilité du nombre de voyageur est affirmée (…!) nous ont donc conduit sur les bords de la rivière Gange. 

Cette ville sainte de plus de 3 millions d'habitants est reconnue comme un lieu assez mythique d'Inde : pélerinage, créamation, bains dans le Gange etc. rythme le quotidien de ses habitants et visiteurs. En voici quelques contrastes-).

Notre voyage en train




Reveillés des 5h à la ponite du jour , la vie ne perd pas une minute pour sortir petit déjeuner et  discussion enflammées au portable. Ambiance indienne ! 




Varanasi

Lien vers les photos et légendes, temps de téléchargement amenant à trouver des solutions autres pour partager-). 


L'Inde est un pays assez étonnant…!

lundi 31 mars 2014

Sur les bancs de l'école à Auroville : Udavi School

Bonjour,

Semaine dernière, à Auroville, première expérience dans une école proposant une éducation qualifiée d'intégrale. Selon "la Mère" d’Auroville, cette approche comprend l'éducation physique, vitale, mental, psychique et spirituelle. Une occasion de premier contact dans mon projet de découverte des étoiles humaines…-). 







Udavi school est une école dédiée aux enfants indiens. Un petit bâtiment comprenant 3 classes de 15 élèves chacune, regroupe les sections d'enfants âgés de 8 à 11 ans. Pendant 2 jours, j'ai été accueilli dans la section des 9-10 ans. 

Ma première impression est qu'il fait bon d'aller à l'école, où pour intégrer leur salle certains élèves traversent un petit pont de pierre au milieu d'une jolie mare de nénufars. la beauté, le naturel et l'esthétique s'inscrivent dans le cadre d'ouverture offert aux enfants. 






Les enfants sont accueillis tous ensemble des 8h30. L'un deux joue une petite musique sur un "xylophone" le temps que toutes les petites têtes "brunes" arrivent, parfois parcourant des kilomètres à pied pour rejoindre l'école. 2 à 3 enfants sont ensuite invités à partager des énigmes, lire une histoire à l'ensemble du groupe. Ainsi, chacun d'entre eux à l'opportunité de prendre des initiatives et de s'ouvrir aux autres. Un temps d'information de la part des professeurs puis de silence (recentrage).

Tous les matins, jusqu'à 9h15, 20 minutes de lecture libre sont accordées. Chaque enfant sectionne le livre de son choix pour se plonger dans les images, le récit. L’objectif de ce moment est de stimuler le gout de la lecture, de la découverte, de l’apprentissage et curiosité par soi même. 





Ensuite, les activités ou enseignements sont dispensés dans la journée soit par le professeur de classe, soit par un(e) intervenant(e) extérieur(e), soit par des volontaires. J’ai assisté à des cours de mathématique, d’anglais, d’informatique, de théâtre. 


Jeu de coopération : comment rentrer à 15 dans un cercle en s'entraidant, au fur et à mesure que les cerceaux disparaissent ?…!


La pause de midi est servi par les professeurs et les enfants : plat unique à base de riz  et sauce très épicée à mon gout… !  





Chaque journée se clôture par 1h de sport, de 15 h à 16h. 



La place au domaine artistique (dessin, danse, musique, etc.) est également prépondérante dans la semaine et s’inscrit comme support pour le développement et la découverte par soi même de l’enfant.

Les enfants évoluent ensemble et de manière individuelle. La vérification des exercices se fait par exemple entre 2 élèves qui s'échangent leur cahier puis ensemble, par petit groupe, où chacun s'entraide pour amener les corrections nécessaires. 



Le mouvement est très présent dans toute approche. Un cours d'anglais peut tout à fait se transformer en un joli tableau de mime très dynamique réalisé par 15 élèves et le professeur : apprendre en s'amusant… ! Les tables des enfants sont basses, sans chaises. Ce choix est lié à la liberté de mouvement, d'expression, et certainement à l'apprentissage d'une posture par lequel l'enfant "ne se repose pas sur ou contre quelques chose" (peut-être une belle image de nos vie) mais trouve par lui même le maintien dont son corps a besoin. 




Au cours de cette immersion, j’ai découvert une approche d’éducation centrée sur le processus et non le résultat. Fort intéressant et parfois déroutant à comparaison de mes souvenirs de classe où la note était un critère d’évaluation et d’intérêt assez dominant… 

Le plus important dans cette forme d'accompagnement de l'enfant est "le corps profond" des choses, leur sens, leur compréhension. "L'enveloppe physique" (ex l'orthographe d'un mot) est simplement ce que l'on voit, en surface. Ce dernier n’est que l’infime parti d’une richesse profonde sous-jacente. Ainsi, les enfants sont invités à partager devant la classe le chemin qu'il ont parcouru pour répondre à une question, expliquer leur raisonnement pour comprendre un concept etc. pour eux même découvrir leur parcours et le comprendre : une confiance en eux se  bâti par cette expérimentation. 




Leur rythme, leur accompagnement amenant à la découverte de leur facultés sont privilégiés par rapport à des attentes instaurées (savoir lire à tel âge, être bon en mathématiques pour plus de facilité dans la vie, etc.).  En feuilletant un cahier d’une élève, j’ai été surprise de constater une répétition de faute sur l’écriture de même mot, parfois sur 5 exercices de diction identiques. J’ai évoqué ce point avec un des enseignant. « Une réponse "juste" ou "fausse" n'est pas un critère qualifiant ou positionnant l'enfant. Une fois la compréhension et le sens présents, la pratique amènera par exemple à bien maitriser le « corps physique » des choses (ex : bien orthographier un mot). Dans notre monde où l'information est sans cesse en perpétuelle évolution, se centrer sur la connaissance de soi et sur le processus pour toute chose (observation, lien etc.) permet de s'adapter naturellement et sans peur au changement parce que l'on sait comment y arriver »



Bon, OK, mais comment les enfants évoluent-ils ? Parviennent-ils ensuite à s’intégrer dans notre société, poursuivre des études, écrire « correctement » sans semer des erreurs etc ? J’ai reçu un grand sourire de bienveillance face à tous mes reflexes rationnels face à cette différence d’approche pédagogique. Les enfants deviennent des adultes « parfaitement normaux », poursuivant de grandes études ou non, ayant un métier etc. La grande différence est qu’ils savent ce qu’ils veulent, ont confiance en eux, s’adaptent en étant ouverts à la vie. La clef est donc peut-être d’être au lieu de « devenir » en utilisant ses ressources propres contenues à l'intérieur de soi ). 

Co-vélo : bien plus éfficace que mon utilisation individuelle

Mon esprit de "cartésienne" (…!) a été un peu bousculé par toutes ces approches et en même temps, assez emerveillé de par la vie et le sens dans toute chose ressentis dans l'école. Alors quand il m'a été demandé de proposer un cours de français du jour au lendemain, de part l'absence imprévu du maitre de classe, je me suis dis "Oup's" puis "bon, si c'est le chemin qui comptent et non le résultat, expérimentons…!"


J'ai vite écarté la solution d'apprentissage d'une chanson comme il m’a été suggéré. Mes talents de chanteuse sont un trésor intérieur que je n'ai pas encore découvert -). Et pourquoi pas apprendre en s'amusant ? J'en ai toujours rêvé ! Ainsi, 5 équipes d'élèves sont parties à la chasse au trésors de mots français cachés dans la cour ("vélo" sur mon vélo, "fleur" dans un bosquet de fleur etc.), avec ce même mot en main pour reconnaitre lequel les concernait. Regroupés ensuite ensemble en classe, chaque groupe a participé à la création d'un dessin commun au tableau en dessinant la représentation du mot et en apprenant tous ensemble à le prononcer, puis en le recopiant sur son cahier (dessin également autorisé…!). 

Dans une 2ème étape, avec les 5 mots découverts, chacun a réalisé un dessin pour ensuite partager son histoire issue de son flot d’imagination à l'ensemble de la classe. 


Comment creer une jolie histoire ensemble ?-)



A partir d'éléments identiques, la richesse humaine se dévoile: autant d'enfants que d'histoires, trait de crayons différents. Quel émerveillement les enfants, une belle leçon de simplicité et spontanéité créatrice… -). Et en plus, je me suis bien amusée… !


Des fleurs, des arbres, des pierres, des vélos et des feuilles pour un tableau nature-)

Une belle découverte d’une pédagogie centrée sur le chemin d’accomplissement de l’enfant, pour l’enfant.

Claire


Pour plus de détails sur la pédagogie intégrale, un lien assez chouette : www.harmonieintegrale.ch

vendredi 21 mars 2014

Le chemin de fleurs : sacre enseignement...

Bonjour,

Mardi 18 mars, jour de repos avant de m'integrer sur les bancs de l'ecole. Ainsi au "programme",  decouverte d'
Auroville lieu porteur de tant d'aspiration, ainsi que d'une escapade en campagne pour y decouvrir les jolies collines de Ginjee  Je ne savais encore que la vie me surprendrai a nouveau, avec son tact habituel…!


oiseau du paradis

Auroville est un lieu cree en 1968 par une francaise, Mira Richard plus connue sous le nom de la Mère et compagne spirituelle du philosophe indien Sri Aurobindo. Cette ville entierement battie par des volontaires a pour vocation d'être un lieu de vie en communaute, ou la paix, le partage, l'education, le developpement personnel, la spiritualite, le respect de soi et de la nature serait des bases d'un aute modele de societe (ce que j'en ai compris). Au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalité, notion de propriete, 35 nations sont presentes pour environs 2 200 habitants. 


Eolienne

Ce lieu est assez etonnant, tant de part les activites creees, ses habitants, les visiteurs qui sont présents. 


Peu familière des pratiques de méditation ou tout autre approche dite spirituelle, je découvre d’un regard neuf les aspirations qui ont conduit un groupe de personnes à se rassembler dans une optique de vie en communauté. La transformation du rêve à la réalité semble difficile, les intentions de chacun étant parfois éloignée d’un projet commun. En parallèle, un travail assez incroyable a déjà été réalisé avec des plantations couvrant les terres pour lutter contre la désertification, la préservation de la ressource en eau, l’absence de sachets plastique pour les achats (trop chouette !). 

Habitation perchée ! Moi qui réve d'habiter dans les arbres…-)

Certaines initiatives sont superbes comme les fermes en permaculture et agriculture biologique, les maisons 'perchees', la cantine centrale ou tout est cuit a partir de fours solaires, les ecoles alternatives accompagnant l'enfant a s'accomplir tout en apprenant etc. 

jardin en permaculture

arbre aux actions positives des enfants
Le centre d’Auroville est représenté par le Matrimandir, un lieu de méditation très règlementé.  


Matrimandir

Un chemin parsemé des 12 fleurs que la « Mère » mets en avant au regard de leur symbolisation y conduit. Sentier agréable, invitant à la réflexion … ! 

Le pouvoir des fleurs….!

J’ai particulièrement appréciée celle sur le courage-). 




Je ne savais encore qu’elle serait d’une actualité plus que présente des l’après-midi … !

Nous voici parti direction Ginjee, à 70 km d’Auroville. La distance fait réfléchir sur un pédalage sur des routes où personne et tout le monde et roi (… !), avec un soleil plus que généreux. Bon, pas d’extrémisme, juste une adaptation aux possibilités…  Le motocycle pas très DD (… !) est bienvenu. 


Paysage de campagne avec rizière
Ginjee est un joli lieu ou d’anciens forts surplombent un paysage de pierre et rochers. Quelle meilleure idée que de se lancer dans l’ascension d’une paroi pour en découvrir le point de vue ?






Cette grimpette est venue chatouiller ma « zone de confort » assez fortement-). Le vélo, la rando, c’est OK. Par contre « l’escalade » à sauter entre les rochers, en gardant l’équilibre et en évitant de s’imaginer au fond du gouffre a été assez challengeant ! 
Ajouter une légende
Avec la belle découverte au sommet d'une étendue de terre, sous nos yeux. J'adore la montagne pur cette sensation d'immensité qui s'ouvre devant soi. 








La descente fut la note finale de cette aventure. Lentement, trés lentement je tente d'apprivoiser ces rochers un à un pour me rapprocher de la terre ferme. Fabien, evidemment, diminue la distance sans aucune difficulté. Bon, chacun ses domaines d'aisances-). Et là, nous tombons sur un groupe de singe qui ne semblent pas apprécier notre présence sur leur territoire. 


Encerclés, avec un téméraire chevalier montrant ses dents et sa propension à nous sauter dessus, le present n'est plus dans la reflexion mais dans l'action-). Fabien lui montre clairement son bouclier casque, à quelques centimetres de nous. J'entends un "ça ne te dirais pas d'avancer rapidement"? Cà c'est une idée ! Peur presente et en même calme et concentration retrouvés, je pense avoir établi mon record de crapahutage sur rochers-). 


Arrivés à notre point de départ (trés heureux !), 2 enseignements me sont venus : 
- les singes ne connaissent pas la communication non violente ! J'ai eu beau les rassurer, leur partager notre intention de respecter leur besoin de tranquilité et blabla, on peut dire que la receptivité était inexistante. 
C'est décidé, je vais leur faire parvenir les coordonnées de ma formatrice-). 

- le courage… La lecture de la symbolisation du matin m'est revenue. 
"qui est courageux peut donner le courage à d'autres, comme la flamme d'une bougie qui éclaire les autres". 


Hasard heureux de cette phrase qui a soutenue la situation vécues quelques heures pus tard. 



C'est drole la vie-). 

Claire